• Sur 1 journée que fait-on ?

    Plein de chose.

    Que voit-on ?

    Beaucoup de chose.

    Où va-t-on ?

    ... partout.... autour de Bordeaux, dans un rayon de 50km aller... bah oui, parce que il y a le retour.

     

    Juillet 2011 = Bordeaux - Saint Louis de Montferrand - Bordeaux  Envrion 40 km, 2 heures tranquilles.

     

    Aout 2011 = Petit tour sur la piste Lapébie 40 km 2heures. La piste est agréable, très verdoyante et calme. On s'est dit qu'on la referrait avec un plus de temps, mais on a quand même pris le temps de flaner les fesses dans l'herbe.

     

    Aout 2011 = Bordeaux - Saint Emilion - Bordeaux : environ 100 km. Et voilà, l'envie de partir après les périples de plusieurs jours. Gwen ne connaissait pas St-Emilion, alors on y va.

    Partir tôt le matin.... vers 10h30. Température 30° le matin. 40° dans 2 heures. Une vrai canicule, une vrai bonne idée de partir par ce temps. Les gourdes d'eau fraîches n'ont pas tenu 30mn sans qu'elles se changent en eau bouillante.

    Piste cyclable jusqu'à Daignac, puis l'on quitte le sentier pour s'aventurer en terre automobile. Bon, ca va, y'a pas foule, visiblement, Mme voiture a préféré partir à la plage. Petit arrêt à Branne pour le casse-croute au supermarché du coin.Ravitaillement, bouffe et boissons. Puis St-Emilion... arfff, ça monte. En sueur, trop chaud, trop hate d'arriver. Direction l'Office du Tourisme pour d'un demandé où l'on peut garer nos vélos, de deux réserver la visite guidée Souterraine (bah oui autant profiter de la fraicheur).

    Conseil pour la visite en vélo.... ils n'ont aucun endroit prévu pour les vélos. Donc, a accrocher en haut de la ville aux barrières de protection (là où se gare les voitures).

    Conseil pour la visite guidée souterraine : c'est pas cher, mais c'est très court. Ils sont un peu avares en visite.

    A la sortie du souterrain, petite halte pour un diabolo menthe bien frais. Et il est déjà 16h30. L'heure de rentrer. on aura quand meme visiter la ville, goûter les macarons des soeurs, et bifurquer dans des ruelles vides de touristes.

    Ballade à faire, mais pas sous 40° ;)   Bilan : 20 litres d'eau en moins dans le corps ;)

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • L'attente est longue mais l'envie bien présente. Une semaine de vacances, en août, où peut-on bien aller ? A notre stade, nous avons l'embarras du choix. Le seul paramètre incontrolable : la météo capricieuse.

    Nous optons pour la Dordogne. La météo indique quelques averses lundi, après ça devrait aller. Allez va pour la Dordogne, un petit challenge a relever, mais le paysage en vaut la peine. Question typographie ce n'est pas vraiment la Gironde ou les Landes. Question météo, si elle change encore, et bien nous irons où il fait beau !

    Nous étudions le parcours minutieusement, tentons d'éviter un maximum de côte et surtout les grosses départementales qui vont être envahies en cette saison. Le trajet bouclé et de nombreuses fois modifié, nous avons opté pour prendre notre temps, pédaler en douceur, flaner et surtout se baigner dans la Dordogne. Nous savons quand nous partons, mais pas quand nous rentrons.

     

     

     Notre périple en vélo du 15 au 17 août 2011 St Cyprien - Sarlat. Au total 3 jours et 130 km. France - Aquitaine - Dordogne et Lot.

    •  LUNDI 15 AOUT 2011 : 1er jour
    • Bordeaux - St-Cyprien : TER. Départ à 8h31. 

    La veille, un ami pas vu depuis plus d'un an, passe à l'improviste, comment refuser ? Une bonne soirée de passé, mais bien sûr, pour se coucher tôt, ça ne facilite pas les choses.

    Je passe une sale nuit, je ne dors pas, j'ai trop chaud, je transpire, je vois le temps défiler, et je me dis que ça va être une catastrophe demain matin.

    Le réveil sonne, je n'ai pas beaucoup dormi. Mais au moins, je ne mets pas une heure à me lever ;) Gwen est au top, comme d'habitude.

    Un ptit déjeuner vite fait, accompagné d'un croissant et d'une chocolatine chacun, offert par notre hôte. Un adieu bref, vu qu'il reviendra dans le coin en temps que Bordelais. Peut-être un futur camarade de vélo !

    Nous partons à l'heure, au moins ça de gagné par rapport à la dernière fois. Nous n'aurons pas à courrir derrière le train.Nous prenons notre temps, pas de coups de speed. Le TER est en gare, nous avons le temps de bien nous installer, vélos accrochés, bagages rangés. OK. On peut se rendormir.

     

    2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je ne me sens pas très bien, j'ai tenté de faire mine de rien, mais le ptit déj a eu du mal a passer, plus un ptit mal au ventre naissant... ah les joies de la féminité, ça pouvait pas mieux tomber. Je tente de m'endormir, nous avons 2h00 de train devant nous. Gwen veille sur moi, de quoi faire de beau rêve.

     

     

    2sd : Dordogne

     

    30mn d'arrêt à juste un arrêt de notre point de départ, et donc 30 mn de retard. Bon !!!

     

    St-Cyprien. Enfin !!! 11h00 et des poussières. Nous allons pouvoir nous dégourdir les jambes. Dordogne nous voilà !!!

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et bien c'est partie. Nous allons donc nous trompés de route pour commencer en beauté, mais faire notre première grimpette matinale. Ca monte, ça monte, et ça monte.... encore. Arrivée sous des félicitations du public, les gens sont en admirations et entament la causette... le temps que Gwen me rejoigne... à pieds poussant son vélo. "Chapeau ! Et vous venez d'où comme ça ?" .... bon allez on se fait mousser "Olah, de Bordeaux !". "Ah oui et vous avez mis combien de temps ?" .... bon allez soyons honnêtes "oh, 2 heures .... en train "   blah blah blah, on prend le temps d'admirer la très belle jolie église de St-Cyprien, qui vaut vraiment la côte. Le petit village a un style médiéval très sympathique.

     

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous redescendons.... Gwen toujours à pieds. Et repartons vers notre destination.

     

     

    • Saint Cyprien - Les Eyzies

    Le début, le vrai. Nous entamons la seconde côte dès la sortie de la ville. La pluie se joint à nous. Une bonne petite averse. On en profite pour se mettre à l'abris sous les arbres, et reprendre notre souffle. La pluie s'atténue, d'autres coups de pédales, Gwen est bien devant cette fois-ci !!  ... et là, c'est le drame.

    Visiblement, j'ai trop présumé de mes forces, la fatigue, le ptit déj trop léger, le mal de ventre, ne font pas bon ménage. La migraine monte autant que la route, et il faut que je m'arrête. Profitant d'un renfoncement sécurisé sur l'un des côtés de la route, nous faisons une halte. La tête tourne, j'ai mal, je ne vois pas claire.... ah oui ce doit être un petit malaise. Je mange les barres de céréales. Tente de me rafraichir et fermer les yeux. 

    Il est admirable de voir à quel point les gens sont intelligents. Lorsqu'il voit une personne, la tête dans les mains, assise avec un linge sur le crâne, ils ne savent pas faire autre chose que klaxonner ! Ah l'espèce humaine !

    Il est admirable de voir que la seule voiture qui s'est arrêté était Hollandaise. Et qu'en plus ils ne parlaient pas français. Nous pouvons donc tirer la conclusion que les français sont ..... (libre choix à vous de continuer la phrase).


    2 choix s'offrent à nous : repartir sur St-Cyprien et prendre le train pour rentrer (qui passe dans 15mn) ou bien continuer sur les Eyzies et se prendre un coin dans un camping histoire que ça passe.

    Non, c'est trop bête de repartir sur Bordeaux. Allez on continue de monter vers Les Eyzies. Force et courage. Mais pas 10 mètres de fait que la migraine me reprend de plus belle.

    OK !!! Bon, demi-tour.... en plus ça descend. Direction la gare. Obligée de freiner, pas un coup de pédales mais le moindre choc me fait mal, impossible de tourner la tête. Honte et culpabilité me coursent. Je ne veux pourrir ces petites vacances en vélos. Le rond point de la gare est là, on y va doucement et.... le train part. Pour une fois que la SNCF a de l'avance, à peine croyable !

    On pose les vélos, je m'assoie par terre et tente de mourrir tranquille. Une envie de me faire couper la tête arrive, mais Gwen est là, et tente de me faire manger les barres de céréales et autres fruits séchés. Les restaurants étant fermés vu l'heure. La caserne des pompiers est juste là, accolée à la gare.... mais personne. Le 15 août les pompiers aussi sont en repos. Alors elle va faire du porte à porte pour me trouver de l'aspirine, elle se démène et revient triomphale.

    L'aspirine fait effet, manger un peu aussi.

    Prochain train, 16h30 pour Bordeaux. Ou bien, 15h30 pour Sarlat. Oui se sera Sarlat où nous rejoindrons le camping. D'ici demain, ca devrait aller mieux après une bonne nuit de sommeil et un bon repas ! De Sarlat, la route sera plus simple, piste cyclable jusqu'à Souillac.


    • Saint Cyprien - Sarlat

    Décidemment, j'ai du mal à lire ma carte dans ces conditions. On emprunte la nouvelle départementale.... pas très rassurant. Le camping "Le Rivaux", proche de Sarlat, a de la place. Une bonne côte à monter. Mon coach ne faillit pas. Elle reste derrière moi, m'encourage. Et moi je l'admire. Elle a mangé moins que moi, et aucune faille. Elle grimpe. J'essaie de maîtriser mon soufle, réguler mon coeur, retrouver mon coprs sportif d'antan. Arrivées en haut, un rond point, pose mérité. La vue est jolie. Encore quelques kilomètres, et le camping tant attendu est là, devant nous.... et ça monte encore.

     

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne

     

     

    Accueille sympatique. Camping familliale visiblement, c'est la mamie qui nous accueille. On en profite, pour se renseigner sur ce qu'il y a à manger dans le coin. Un bon restaurant à la ferme à 6 km de là.... ouais mais ça fait 6 km. Mais elle nous le recommande vivement. Moi je vois que les 6 km, qui montent et qui descendent et qui remontent. Sinon, elle nous indique un Mc Do proche de Sarlat..... y'a des limites. Se taper une côte et un Mc Do... nan ça vaut pas le coup pour moi. Un petit prospectus sur une pizzeria nous fait de l'oeil, on le prend "just in case".

    Le camping n'est pas très rempli, du coup on a pu choisir une place calme et tranquille, très ombragée.On monte la tente. On se prend une bonne douche qui fait un bien fou. Puis, après réflexion et comme il faut absolument manger, on appelle le restaurant : "Désolé, c'est plein pour ce soir et demain !".... ... ... ... heu...bon, bah on va saliver sur la pizzeria alors, avec de la chance ils livrent au camping. "Désolé, on ne fait pas les livraisons !". ...... .... .... ... ...  ça , c'est la meilleure.

    Du coup, on retourne voir la gérante du camping afin de savoir si elle ne connait pas un truc qui fait de la livraison. Rien ! Bon ! Ca va pas le faire. Gwen dans sa grande répartie et pitié pour moi, fait comprendre que nous n'avons pas mangé de la journée, et que j'ai fait un malaise durant la journée. Ceci fait, ceci dit, elle nous propose un bout de pain et des raviolis en boite qu'elle nous fait chauffer. Et en plus nous apporte une poire chacune. D'avis unanime, ce sont les meilleurs raviolis en boîte premier prix qu'on n'ait jamais mangé. On a tout fini, jusqu'à la dernière goutte de sauce. Merci Madame. On a jamais autant apprécié un repas. Comme quoi il en faut peu. Je pense que sa fille ou belle-fille n'a pas vraiment apprécié l'accès de gentillesse de Mamie. Nous, nous avons adoré, et l'avons remercié maintes fois. Elle nous a demandé 2 euro. Ca va. J'aurais mangé encore un sanglier, mais nous avions un bon quart de pain dans le bide, ça cale.

    Je passe sur les 2 gars qui insistaient pour que l'on mange avec eux. Repas réparateur, nuit réparatrice.

    2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne










    BILAN DE LA JOURNEE :

     

    - 16 km.... ah ouais quand même... on peut faire que ça, nous !

    - Réflexion personnelle : La Dordogne s'est vraiment pas comme les Landes.

     - Nous avons presque survécu.

     - Appris que si la veille tu ne dors pas, et que la journée tu ne manges pas, alors tu ne tiens pas 10 bornes en vélo... en même temps ça on le savai déjà!

    - Affamé un repas des plus banal, est un vrai festin.

     

     

    • MARDI 16 AOUT 2011 : 2ème jour

     

    • Sarlat - Carsac

     

    Une douche matinale, des barres de céréales, fruits séchés et les chaussons aux pommes et chocolatines...hum, la vie est belle. Direction Sarlat pour rejoindre la piste.

    La ville possède de charmante petite ruelle, déjà remplide touriste. 2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On fait escale devant une église puis devant une autre église, on trouve la fontaine miraculeuse de Sainte Marie

     2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des ruelles, la piste cyclable dans Sarlat (heureusement sécurisé sur le trottoir, par contre pour traverser, il faut se lever tôt pour qu'un automaubiliste deigne vous laisser passer pour la rejoindre)

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Le viaduc de Sarlat et la piste cyclable Sarlat - Souillac

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bizarrement aujourd'hui ca va beaucoup mieux.         On longe des décors très mystiques de roches et de lianes.

    2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tantôt en plein soleil à 40°, tantôt dans les frais sous-bois raffraichissants. La forêt de la contée s'offre à nous !

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Arrêt Carsac, direction le restaurant !!!! enfin !!! Retaurant de la famille Delpeyrat. Très bon restaurant, bon marché, et bonne qualité, avec des seurveurs très sympathiques. On recommande, ainsi que le petit vin de chataîgne.

    On ne voit pas forcément, mais une tour est dans la roche en face... vue du haut de la piste de Carsac.

    2sd : Dordogne

     

     

    • Carsac - Groléjac

    Arrêt baignade bien mérité et tant désiré. A savoir que le lac de Groléjac coûte 2 euros l'entrée d'après notre source (les gamins en vacances). Bien sûr, pourquoi aller au lac, alors que la rivière s'offre à nous. Sont fous ces touristes !

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne









    2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    2sd : Dordogne

     

     

    • Groléjac - Aillac

    Les canards du Sud-Ouest = Miam     parce que oui, la Dordogne, c'est quand même de la bonne bouffe !

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et le charmant petit village d'Aillac qui a tapé dans l'oeil de Gwen

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    • Aillac  -  Peyrillac-et-Millac

    La quête d'eau fraîche nous fait nous arrêter dans des petits villages typiques.

     2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

    Le fameux tunnel, 480m de long et de fraîcheur, entre Rouffillac et Calviac. Un vrai bonheur par ces températures.

    2sd : Dordogne

     

    Puis, vient l'heure de se demander où dormir. Le choix va de soit, vu la journée d'hier, nous reprennons un camping, pour plus de sécurité et de tranquilité. L'office du tourisme nous indique différents camping. Nous prenons le moins cher. Le camping "La périgourdine" à Peyrillac-et-Millac.

    Petit camping en bord de piste cyclable. Nickel ! Il y a même une piscine. Notre idée. On plante la tente, et va se baigner dans la Dordogne. Idée que l'on va avoir du mal à réaliser, tant le gérant est sympathique et enjoué. Le ton est donné, ce soir c'est apéro champagne et jeux. "Allez les filles, c'est à 19h00, et on fera des jeux"..... heu... on va déjà s'installer, on vous paie maintenant ? "non installez vous déjà".

    Bon, on s'installe, il nous montre une place en plein milieu du petit camping, ... boff... moins exposé nous aurait plus plu. Du coup, il nous propose en bordure, plus ombragé. Parfait, ce n'est pas la tranquilité désertique du précédent camping, mais on ne peut pas tout avoir. Il est un peu plus cher aussi.... bonjour voisine.... pas de bonjour, tanpis :(

    La tente est montée, le vélo léger nous partons régler le gérant. Force de caractère nous refuserons gentillement son invitation. 18h50. Il est déjà dans son trip. Au moins il est agréable. Il fait le calcul vite fait, 13 euros. Nous n'avons pas la monnaie, du coup nous payons 10 euro. Cool, finallement c'est moins cher que l'autre. Il tente de nous convaincre de rester, ne comprennant pas vraiment que l'on préfère préfiter de la région durant notre court séjour. Il nous appate avec la "course à l'oeuf" de prévu.....   oh bah mince, ce serait dommage de louper ça.

    10mn, vous savez on a le temps de revenir, c'est par où le chemin le plus court pour aller à la rivière se baigner ? Merci.

    Allez, vite, vite on s'en va. Avec on l'avoue un peu de remord ayant profiter de la réduction providentielle. Bref, peut-être que l'on va revenir avant la fin !!!!

    Un vélo léger, c'est fou ce que c'est agréable. Le chemin le plus court, se conclue par le chemin des écoliers. Agréable, entre champs et cabane à tabacs.

    On se trouve un petit coin, sympa, où l'on a beau nager, et nager, on n'avance pas d'un poil. Vive le courant.

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    2sd : Dordogne

    Elle est où?....Bon le courant a dû emporter Carine.

     

     

     

     

     

     

     

    Retour au camping... incognito, l'entrée derrière est proche de notre tente. On se change, et l'on va chercher un petit truc à manger. Petit tour dans Peyrillac.... rien. Pff, décidement la Dordogne, c'est pire que le Sahara. De mémoire un petit snak sur la piste cyclable, non loin du camping y était ouvert. On y va. Ouvert ! Dieu existe. Une bonne salade et un steak frites à déguster sur place, vu sur les champs de maïs et les colines.

    Retour de nuit, à la torche.

     

    BILAN DE LA JOURNEE :

     

    - 65 km.... ah ouais quand même... y'a du progrès !

    - Gwen a appris a dompter son vélo, quasiement pas de tatouages.

    - On a bronzé !

    - La Dordogne c'est beau ! La Dordogne, on peut rouler dessus et même se baigner dedans !

    - Quand on a faim, on mangerait n'importe quoi.

     

     

     

    • MERCREDI 17 AOUT 2011 : 3ème jour

     

    • Peyrillac - Souillac

    2sd : Dordogne

    La nuit fut dure, à proprement parler. Le sol bien sec, ne fut vraiment pas agréable. Nous avons décidé de partir tôt. Tout est prêt à 8h00. Le gérant du camping "La Périgourdine" est vraiment sympa, il nous apporte 2 croissants qui lui restaient et nous indique que la journée va être très chaude, plus de 35°C. On le remercie, et nous partons.

    Nous avons opté pour faire la boucle Sarlat  -  Souillac et revenir sur Sarlat mais par l'autre rive.

    A Peyrillac, la piste cyclabe n'est plus exclusive au vélo. Elle se transporte en véloroute. Elle va presque jusqu'à Souillac, mais une portion est a réalisé via la départementale. Un peu dangereux en vélo, mais la vue vaut le coup. Vous l'aurez compris une petite grimpette s'impose, mais qui dit grimpette, dis descente.

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

    2sd : Dordogne

     

    Souillac, son église, son abbaye, ...

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

    • Souillac - St Julien de Lampon

    La photo du jour oblige : Précision, un restaurant se trouve là. Parking "Vol libre", oh bah ca va alors, si on est prévenu.

    2sd : Dordogne

    Nous empruntons les petites routes de campagnes et les chemins vtt plats le long de la Dordogne. Nous effectuons un arrêt "baignade", disons plutôt un arrêt "mouillage". De l'eau jusqu'au genou, ça ne permet pas vraiment de nager. Que cela ne tienne, faisons semblant. Couchées dans l'eau, on est au moins raffraîchi. C'est qu'il fait chaud!

    Allez quelques barres de céréales plus tard et quelques moustiques collés au corps plus tard, on se décide pour repartir.

     

    St Julien de Lampon et son église, avec encore des peintures murales apparentes, et en prime, une statue de Jeanne d'Arc..... elle n'a pas été brûlé par le clergé ?  Admirez l'extincteur en bas à gauche de Jeanne ! Ce qu'ils sont caustiques les curés, hein M'dame Jeanne.

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    • Saint Julien de Lampion - Le château de Fénélon

    La visite du séjour se fait par le Château de Fénélon. Château = hauteur.

    Au premier panneau resto, on passe un coup de file pour savoir si ils sont ouverts. Fermé le midi. Et zut ! bon, binh on prend des photos du village avant de continuer la montée.

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

    Puis, le château                                                      Séquoia et Cèdre du Liban font parties de l'intérieur du château

    2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le puit, curiosité du château et curiosité historique, personne ne sait comment il a été construit. Il fait 90 mètres de profondeur, certainement creusé via une faille existante... et visiblement condamné, combler. C'est formidable, une curiosité historique, un des puits les plus profonds pour l'époque, qui a permis la construction du château, des gens ont dû mourir pour le creuser... bouché, condamné, comme ça !

    Pour les puristes, l'intérieur du château possède toutes les commodités d'usages, W.C, radiateur dernier cri... les joies des châteaux privés.

    2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les gourdes remplit d'eau fraîche, nous partons vers la fin du séjour. De la pluie et des orages sont prévus pour le lendemain.

     

     

    • Le château de Fénélon - Sarlat

    Les gourdes ne tiennent pas plus d'une heure l'eau fraîches. Il fait chaud, très chaud...

    Nous repassons par le pont de Groléjac, les paysages ont été magnifiques tout le long de ce  Souillac - Sarlat  par la route, très accessible aux vélos. Relativement plat, malgré quelques côtes remettant un coût de boost.

    On stop au supermarché de Groléjac afin d'acheter de quoi manger et boire.

    On reprend la piste cyclable pour cette dernière partie jusqu'à Sarlat. La gare de Sarlat accessible par une dernière côte d'adieu. Et voilà, billet en main, le train est en gare, pas d'attente, nickel, on prend notre temps pour s'installer, départ dans 10mn. Pas d'autre vélo. Super. On transpire à grandes eaux, on se dit qu'on doit pas sentir très bon, et nous avons hate que le train démarre, histoire d'aller se rafraîchir dans les toilettes.

    Puis l'on comate dans le train, je suis censée surveillée les vélos d'un oeil, mais la fatigue me tombe dessus comme un traître.

    L'arrivée à Bordeaux, sans encombre. Une dame agée tape la discute avec Gwen, lui parlant de son jeune temps et du camping qu'elle faisait, de "nos belles montures" (nos vélos)... oui oui ça fait plaisir.

     

     

    BILAN DE LA JOURNEE :

    - 65 km

    - beaucoup de sueur de perdu

    - de très jolis paysages

     

     

     

    BILAN DES 3 JOURS : 130 km

    On apprend qu'il faut vraiment bien manger pour tenir le coup. Ne pas sauter de repas.

    Hormis ça, 3 jours c'est cool. La Dordogne est un niveau supérieur, mais tellement jolie, riche en paysage et histoire. Et très chaud en août !

    Les gens toujours sympathiques... surtout les étrangers dans cette région.

     

     

    Plan sur Openrunner : taper 1167566.

    Parcours Sarlat - Souillac - Sarlat réalisé. Très soft.

    Partie de Groléjac jusqu'à Bergerac non réalisé.

     

    Tout ce que vous voulez savoir sur la Dordogne et ses couleurs.

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • L'essentiel et l'utile !

    Il faut avant tout garder à l'esprit que tout ce que vous allez prendre à un poids. Il ne faut pas charger votre mulet parce que tel ou tel objet est petit et pratique par rapport à sa taille commune. La somme des objets, fait que quoiqu'il arrive vous aurez le porter.

    Ne prenez que l'essentiel. Peut-être que le lecteur de DVD portatif est de trop !

     

     

     NOURRITURE :Quoi emmener en voyage ?

            -      Manger avant que la faim/fin se fasse sentir

            -      Manger à votre faim, pas de privation

                    -          Fruits séchés (bananes, raisins, figues, …)

                    -          Gâteaux aux fruits

                    -          Vitamines

                    -          Eau

     

     

     

     

    KIT SURVIE DE L'HUMAIN :Quoi emmener en voyage ?

     -          Lunettes de soleil

     -          Crème solaire (contre les écrevisses... en été)

     -          Casque / Chapeau (ça peut aider à garder toute sa tête)

     -          Bidons (facilite l’accès à l’eau) (il existe des bidons de 1 litres)

     -          Couteau (contre les ours ou divers usage)

     -       Ficelle

     -          Lampe (pratique la nuit si vous n’êtes pas une chauve-souris)

     -          Piles (… pour la lampe, appareil photo, …)

     -          Pansement + Spray antiseptique + Ciseaux + Bétadine + Compresses + Sparadrap + au mieux kit antivenin, les serpents pouvant être fourbes (mieux vaut prévenir que guérir…. Bon là vous guérirez)

     -          Si camping : Tante …. Ou belle étoile

     -          Duvet (pour les frilleux/ses)

     -          Matelas de sol (suivant confort personnel)

     -          Réchaud si vous prévoyez de vous faire à manger + cuillère, assiete, ect (la cuillère remplace la fourchette, ne vous embetter pas).

     -     Briquet

     

     

    KIT SURVIE DU VEHICULE :Quoi emmener en voyage ?

               -          Sacoches étanches (pour ne pas rester qu’en maillot              de bain)

               -          Chambres à air (on ne sait jamais, si le temps est            contre vous)

               -          Rustine + Colle + papier verre + démontes pneus                  (la totale)

               -          Tournevis + clés + clé de rayons (ça aide plutôt que            vos mains)

               -       Rayons de secours

               -          Pompes (plus efficace que votre soufle)

               -          Stylo (pour signer des autographes ou marquer le                trou sur votre chambre à air)

               -          Gilet de sécurité routière (en cas de circulation sur                 l’autoroute A10 ou de danger,pluie,…)

                                                                                    -          Cadenas (pour ne pas repartir à pieds)

                                                                                    -          Carte routière (si comme moi vous n’arrivez pas à                                                                                 vous repérer avec les étoiles et que vous rouler de                                                                                   jour)

                                                                                    -      GPS pour ceux qui ont les moyens !

     

     

    KIT VETEMENT :Quoi emmener en voyage ?

     -          Tout dépend de la saison et du nombre de jours passé sur la route

     -          T-shirt en merino

     -          Savon à la pierre d’alun (c’est qui Alain ?)

     -          Ou savon de Marseille (je sais, ça peut faire loin)

    -       Ce qui sèche rapidement

    -       Chaussure idem, pas trop lourde, et confortable, voir aéré + 1 paire étanche (assez cher)

    -       Serviettes bains

     

     

     PETIT PLUS :

           -       Appareil photo

    E N J O Y  !

     

    Quoi emmener en voyage ?

     

     

     


    votre commentaire
  • Sans prétention aucune, avec certainement des choses à changer, voici donc nos montures pour parcourir la France puis un peu plus loin, avec l'expérience et la dextérité.

    Nous apprenons au fur et à mesure. Si des experts passent par là, les conseils sont les bienvenus.

     

     

    Pour ce faire :

     

    Gwen :

    Cadre Emery

    Roue 26"

    Pneu Schwarble Marathon Cross 26 x 1.75

    Transmission Shimano Deore LX

    Dérailleur Shimano Cera

    21 Vitesses

    Pédalier Stronglight

    Cintre

    Freins à patin

    Porte bagage arrière Topeak

    Portes bidons

    32 rayons à l'avant

    32 rayons à l'arrière

    Réflecteurs

     

     

    Carine :

    Cadre Kona

    Roue 26"

    Pneu Schwarble Marathon 26 x 1.75

    Transmission Shimano Deore LX

    Dérailleur Shimano Deore XT

    21 vitesses

    Pédalier Stronglight

    Cintre

    Frains à patin

    Porte bagage Topeak

    Portes bidons

    36 rayons à l'avant

    36 rayons à l'arrière

    Réflecteurs

    Compteur kilométrique étanche

     

     

    2 Vélos d'occas achetés chez un "pro" du cyclo à Bordeaux.

    Sur l'Emery on a changé :

    - la chaîne qui était rafistolée en 3 chaînes différentes (théoriquement possible, mais pas en pratique pour ce cas)

    - réajusté le dérailleur avant qui frottait sur la chaine

    - recadré la selle, qu'on a finallement changer par une selle confortable

    - coupé le tube de selle beaucoup trop grand

    - rajouté les réflecteurs.

    Encore a réparer : vitesses avant qui ont un mal fou a passer. Vibration dans pédales toujours existante. Un petit doute sur les 32 rayons pouvant supporter de lourd bagages, longues distances !!! Béquille car bien que le vendeur nous ai dit ce n'est pas utile, je confirme que c'est vraiment utile. Garde-boue peut-être.

     

    Sur le Kona :

    - changé la selle pour une confortable

    - rajouté les réflecteurs.

    - et un compteur kilométrique pour notre envie personnelle

    A rajouter : Béquilles. Garde-boue peut-être.

     

     

    Acheté : bagages arrières étanches Ortlieb, bidons.

    A acheté : sacoche avant avec porte-cartes.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Après des petits tours de test sur quelques heures dans les environs, le départ se fait sentir. Un week-end non pluvieux est enfin annoncé. OK, c'est décidé, carte Izzy Air pour le TER en poche, nous allons en profiter pour découvrir l'Aquitaine.

     

    Notre périple en vélo commença le dernier week-end de juillet, 30 et 31 juillet 2011 Langon - Le bassin d'Arcachon. Au total 2 jours et 170 km. France - Aquitaine - Gironde.

    •  SAMEDI 30 JUILLET : 1 er jour
    • Bordeaux - Langon : TER. Départ à 7h31. 

    Dans les rues de Bordeaux, il est 7h20, on pédale vite, le train part à 7h30, le levée fut difficile, le réveil n'a pas sonné, mais il fait déjà beau. Arrivées en gare, premier obstacle : c'est quoi le numéro, c'est où le quai 14 ? Il est 7h25, merde des escaliers à descendre, le monde qui sort des autres trains et... des escaliers à monter, il est 7h28, on ne l'aura jamais... Les vélos sont trop lourds avec nos bagages, on ne peut pas les soulever... 2 jeunes hommes nous aide à monter nos vélos. Ouf, on a 5 min d'avance par rapport à la SNCF... il est encore 7h28. Finalement ça commence bien. L'aide est appréciable, les gens sont encore civilisés. Vite, on demande à l'employé SNCF dans quel wagon l'on peut mettre nos vélos. Bon, ok, ils sont pas tous civilisés, il entame par "d'abord on est pas à vélo sur les quais" (c'est vrai il a raison, je comprends, mais avec aucun quidam à 7h30 du mat sur le quai et surtout à laboure, ont s'est permis, et puis un" Bonjour" de sa part aurait été sympathique), puis il enchaîne par "ensuite, vous n'avez qu'à chercher c'est en début ou fin de wagon"..... ok.....  bon.... no comment.... on file de fin de wagon en fin de wagon, ça fait 2 min que le controleur a sifflé le départ... Par chance sa collègue nous ayant vu, a cherché le bon wagon, et nous a fait signe. Très sympathique et aimable, un bonheur... ça compense son collègue mal réveillé.

    De beau tatouage de chaine de vélo sur les jambes, une barre de céréale et nous voilà à Langon. Notre arrêt. Le vrai départ est là.

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

    Le temps de tout remettre en place, de se refaire une beauté des mollets, et de faire l'arrêt pipi et ptit déj. Nous voilà partie, il est 9h30, direction Bazas par les petites routes. On passe par Coimères, Cazats et Bazas d'où on peut rejoindre la piste cyclabe jusqu'au bassin. Les vignes au bord des petites routes calment, longeant les anciennes cabanes à tabac, nous accompagnent pour cette première partie.

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

    30 premiers kilomètres, tout se passe bien. Pas de fatigue, pas de soucis. Premier cycliste croisé, un premier grand Bonjour, agréablement surprises, nous sommes ravies... il en faut peu pour être heureuse ! Il y a pleins de gentils par ici. Cyclotouriste ou cycliste en maillot, beaucoup d'aimabilité. Parfait ! Nous prenons notre temps, et gérons les petites côtes et les descentes. Moi je m'éclate avec ce premier compteur de vélo. Aller 20,30,40km sans pédaler... trop forte!

     

    • BAZAS

    Nous arrivons à Bazas, il doit être 11h30. Nous avons trouvé assez facilement la piste, même si nous nous sommes trompés de route dans un petit village. Et une côte pour rien ! Mais de jolis paysages !

    On voit du haut de la piste, l'église de Bazas. A l'intersection piste-route-ville, on réfléchi 2 secondes, voyant la route plongeant dans la ville, le balai incessant de voitures, le choc est rude, et l'envie ne nous prend pas de vouloir remonter une côte. On immortalise l'instant, photo, Bazas point de départ de la piste, Mios 69,5 km :

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

    •  BAZAS - ROILLAN - Roquetaillade

    Nous poussons jusqu'à Roillan et continuons sur route jusqu'au château de Roquetaillade. Château fort ayant servi dans de nombreux films comme Fantomas ou plus récemment Le Pacte des Loups. Qui dit chateau fort, dit hauteur, qui dit hauteur dit côte.... arfff, allez ça fait du bien d'être enfin en haut.

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

    • ROQUETAILLADE - UZESTE

    Après 5 photos, on repart affronter la côte et rattraper les cyclistes en maillots. Allez ! Zou ! On les a pas retrouvé! ;o)

    Pose déjeuner à Uzeste, près de l'église collégiale, tombeau du pape Clément V. Aire de pique-nique en bord de ruisseau très agréable, avec toilettes et lavabos d'une propeté appréciable. C'est calme, l'arrêt vaut le déplacement.

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

    • UZESTE - VILLANDRAUT

    La piste cyclable étant plate, le départ se fait sans peine, on la reprend, pleine de force.

    Détour rapide par le château de Villandraut, château du Pape Clément V, château en bord de route...

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

    •  VILLANDRAUT  - ST LEGER DE BALSON

    On croise des cyclo-campeurs en rade sur le bas coté, un pneu crevé, on demande si ils ont tout, et l'on continue notre chemin.

    Saint Léger de Balsan, arrêt obligatoire pour sa Fontaine Miraculeuse ! St Léger de Balsan qu'on a failli loupé, la signalisation étant parfois inexistante sur la piste cyclable. La curiosité nous ayant pris, on sort de la piste pour trouver le panneau "fontaine Sainte Claire", coup de pot.

    Oh miracle, on peut se rafraîchir !1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

     

     

     

     

     

     

     

    • St LEGER DE BALSAN - HOSTENS

    L'appel de la baignade se fait sentir. L'après-midi est déjà bien entamé, ont a hâte d'arriver aux lacs d'Hostens. Mais la route est longue, droite, interminable, alors on chante, et quand on en a marre de chanter, on fait une pointe à 30km/h et on relâche.

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

    Puis Hostens, dure réalisté, bourré de monde, bruyants. Nous avons eu du mal à nous détendre, juste le temps d'une courte baignade, et de sécher avec le soleil toujours bien chaud. Et on repart, il doit être aux alentours de 19h30. Finalement ont a hâte de partir d'Hostens, pas pour les serpents qu'il y a dans l'eau mais pour les gens et le bruit impossible. On prend quand même une photo vite fait en partant.

    Bon parlons de choses serieuses, il est 20h on a faim ! On prend à emporter un des seuls resto d'ouvert : frites, poulets et calamards.... remplie d'huiles, infecte et pas cuit, encore surgelé. Hostens décidemment, une ville pleine de charme!!!

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

    • QUELQUE PART ENTRE HOSTENS et BELIN-BELIET

      1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

      1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

      1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

    BILAN DE LA JOURNEE :

    - 97 km.... ah ouais quand même... on peut faire ça, nous !

    - Nous avons survécu et nous ne nous sommes pas entretuées malgré quelques coups de gueule.

    - Beaucoup de tatouages noires sur les jambes.

    - 2 biches et plusieurs serpents écrasés (seulement les serpents).

    - Mal aux pouces gauches pour toutes 2. Gwen a mal au dos, son vélo vendu par un pro fait "pour elle" n'est pas adpatée. Trop grand, mais elle n'a pas eu le temps de l'essayé convenablement. Le gars avait pris mes mesures, mais pas les siennes. Ses vitesses passent très mals.

     

     

     

     

     

    • DIMANCHE 31 JUILLET 2011 : 2ème jour
    • Quelques heures plus tard, et un peu plus loin

    Une nuit difficile, pas de horde sauvage mais un petit rongeur s'acharnant une bonne partie de la nuit sur la tente. Satisfaction matinale, brume et levée du soleil. Insatisfaction, mon pouce gauche me fait très mal, sûrement une luxation.

     

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

    Motivées, rassasiées, mal partout, nous repartons. Fraîchement, comme un matin d'été brumeux à 8h00 du mat.

    Pas âme qui vive mis à part des chiens aboyants à tue-tête et des chasseurs de champignons. Eux aussi nous disent Bonjour, c'est agréable.

     

    • Quelque part - BELIN BELIET

    Après une cinquantaine d'arrêts pour excuse bidon, on stop quelques instants au dessus d'un pont au-dessus des arbres. La vue est atypique, on se croirait dans un autre pays, ou dans un film documentaire sur les singes, tel que "Gorilles dans la brume" (ou en Gwada).

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

    J'avais dit qu'il y avait des gorilles !

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

    On se pose des questions, la meute de chiens continue à aboyer, comme si ils se rapprochaient. Ils nous suivent c'est sûr ! Mince ! Vite !  Faut les semer. Direction prochain arrêt !

     

    • BELIN BELIET - SALLES

    Petit prétexte pour s'arrêter de nouveau, le paysage et le serpent mort.

    Après recherche, il semblerait que se soit une couleuvre verte et jaune Hierophis viridiflavus.

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

    Arrêt à Salles pour complément de ptit déj. Un petit chocolat chaud, et des gourdes bien fraîches.

     

    • SALLES - MIOS - BIGANOS - Le Bassin d'Arcachon

    L'arrivée sur Biganos nous indique que nous sommes bien sur le bassin, beaucoup plus de monde, des cyclistes pas aimables, du bruits, de la circulation...

    Nous cherchons la piste cyclabe à Biganos. Ayant traversé la ville sur une départementale, on sent bien que ce n'est pas la piste cyclable. Arrêté à hauteur de la caserne des pompiers, un autochtone sort de chez lui et nous demande si l'on cherche quelque chose. Ah bah, ça, le nez dans le carte, c'est sûr !

    Ravie, je vais à sa rencontre. Lui demandant, d'un un resto qui fait moule-frites et de deux la piste en direction d'Audenge.

    Tout content de renseigner et de discuter, il nous indique une petite cabane à Moules-Frites à 60m...  au bord de la départementale.... mouais bon.... on avait plus dans l'idée de manger en bord de plage, peut être plus calme. Du coup, on emprunte la direction de la piste cyclable à travers un petit chemin de rando VTT. Heureusement nos pneus sont adaptés, y'a plus qu'à pédaler pour pas rester coincés dans le sable.

     

    • AUDENGE - LANTON - CASSY - TAUSSAT

    On cherche, on a faim, 10km+ 2km + 2km, ça commence à faire. Un restaurant moules-frites par pitié. Une dame âgée nous indique un resto du côté du port de pêche à Taussat. Bon OK, encore 2 km. Taussat. On trouve le port... de plaisance, mais Gwen me remet sur le droit chemin... port de pêche. On trouve le restaurant,... point de moules frites. Le serveur nous indique un resto appelé Moule and Co..... avec ça, ça devrait le faire !

    Vélos posés en vue. On peut se restaurer. Mmmmh, enfin, on les aura mérité nos moules-frites. Ce n'est pas transcendant, mais mieux que rien.

     

    Une vue magnique du bassin.... bah où qu'elle est l'eau ? TOUT CA POUR CA... c'est sympa quand même.

    1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon1er voyage : Langon - Bazas - Bassin d'Arcachon

     

     

    • TAUSSAT - BIGANOS - Bordeaux

    Déjeuner terminé, on repart, il est pas loin de 15h30. Mal de pouce, léger mal aux fesses, et envie d'une grosse sieste, nous font dire à l'unanimité que l'on retourne sur Biganos pour prendre le TER. Retour sur Bordeaux.

    TER pour Biganos à 16h48. Parfait, on a 20 mn d'attente en gare. Pas d'autre vélo en vue, pas d'employé SNCF pour préparer notre monté, non plus.

    Le train arrive, et là c'est l'horreur, plein de gens veulent prendre le train. 2 jeunes cyclistes, nous passent devant en courant. La bagarre pour rentrer dans le train. Il reste 2 places pour vélo. Au total, nous sommes 3, une femme attend derrière moi. Les 2 emplacements sont squattés par un homme avec une poucette. La femme lui demande de se bouger, car c'est l'emplacement des vélos (wagon vélo) et que l'on va tombé. Mais Monsieur râle, et nous dit qu'on a qu'a rentrer par la piste cyclabe. Bref, bonne humeur assuré. Il se bouge après avoir râlé. Gwen va mettre son vélo. Les 2 jeunes ou les autres ne l'aide même pas à monter son vélo. On est loin, des "Bonjour" et de la quiétude que l'on a pu trouver entre Langon et Mios.

    Je laisse ma place à la femme. Elle me remercie et nous aide pour ranger les bagages et aide Gwen pour son vélo. C'est quand même bien que se soit une femme d'une quarantaine d'année qui nous aide, et non les hommes, restés là a regarder. Dans tout voyage on trouve la contre-partie. A l'aller 2 jeunes nous ont aidé, au retout c'est la guerre !

    Sans compter, un vieux râleur pestiferrant contre tous et n'importe quoi. Il est bizarre ce compartiment à vélo sans cycliste, mais plein de gens qui râlent !

    Bref, arrivé en gare Terminus. Ah bah tiens, des gens montent... avant même qu'on soit descendu, nous ou quelqu'un du wagon... on sait jamais au cas où le train ne parte sans eux. Vas-y que c'est facile de descendre tes vélos dans ses conditions !

     

    BILAN DE LA JOURNEE :

    - 73 km ... quand même !

    - Toujours mal aux pouces, pour ma part un trajet que sur grand plateau, impossible de passer les vitesses sans mon pouce.

    - Plusieurs serpents morts.

    - Des gens beaucoup moins sympathiques, mais le bistrot du matin et la moulerie étaient agréables et ils nous on proposés de l'eau fraîche pour nos gourdasses.

     

     

     

    BILAN DES 2 JOURS : 170 km

    Une très bonne expérience que nous allons renouveler rapidement et profiter de nos week-end ensoleillés.

    Ca nous a permis de savoir que l'on pouvait rouler, et rouler, et rouler.... Et ça c'est plutôt pas mal. Ca nous a permis de rencontrer des gens aimables.... d'autres moins, mais justifié par l'approche des villes, c'est malheureux mais c'est comme ça.

    Savoir que le vélo de Gwen doit subir quelques modifications.

    Quant à moi, forger mon pouce.

    On a bronzé.

    Et on a jamais autant dormi qu'à notre retour. Nous n'avons même pas pris le temps de manger, nous ronflions déjà. Un bon week-end en somme et bien réel !

     

     

     

    Plan Openrunner : taper 1143727

    Langon - Bazas - Biganos : très soft. Accessible à tous, même la partie sur route.

     


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires