• 2sd : Dordogne

    L'attente est longue mais l'envie bien présente. Une semaine de vacances, en août, où peut-on bien aller ? A notre stade, nous avons l'embarras du choix. Le seul paramètre incontrolable : la météo capricieuse.

    Nous optons pour la Dordogne. La météo indique quelques averses lundi, après ça devrait aller. Allez va pour la Dordogne, un petit challenge a relever, mais le paysage en vaut la peine. Question typographie ce n'est pas vraiment la Gironde ou les Landes. Question météo, si elle change encore, et bien nous irons où il fait beau !

    Nous étudions le parcours minutieusement, tentons d'éviter un maximum de côte et surtout les grosses départementales qui vont être envahies en cette saison. Le trajet bouclé et de nombreuses fois modifié, nous avons opté pour prendre notre temps, pédaler en douceur, flaner et surtout se baigner dans la Dordogne. Nous savons quand nous partons, mais pas quand nous rentrons.

     

     

     Notre périple en vélo du 15 au 17 août 2011 St Cyprien - Sarlat. Au total 3 jours et 130 km. France - Aquitaine - Dordogne et Lot.

    •  LUNDI 15 AOUT 2011 : 1er jour
    • Bordeaux - St-Cyprien : TER. Départ à 8h31. 

    La veille, un ami pas vu depuis plus d'un an, passe à l'improviste, comment refuser ? Une bonne soirée de passé, mais bien sûr, pour se coucher tôt, ça ne facilite pas les choses.

    Je passe une sale nuit, je ne dors pas, j'ai trop chaud, je transpire, je vois le temps défiler, et je me dis que ça va être une catastrophe demain matin.

    Le réveil sonne, je n'ai pas beaucoup dormi. Mais au moins, je ne mets pas une heure à me lever ;) Gwen est au top, comme d'habitude.

    Un ptit déjeuner vite fait, accompagné d'un croissant et d'une chocolatine chacun, offert par notre hôte. Un adieu bref, vu qu'il reviendra dans le coin en temps que Bordelais. Peut-être un futur camarade de vélo !

    Nous partons à l'heure, au moins ça de gagné par rapport à la dernière fois. Nous n'aurons pas à courrir derrière le train.Nous prenons notre temps, pas de coups de speed. Le TER est en gare, nous avons le temps de bien nous installer, vélos accrochés, bagages rangés. OK. On peut se rendormir.

     

    2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je ne me sens pas très bien, j'ai tenté de faire mine de rien, mais le ptit déj a eu du mal a passer, plus un ptit mal au ventre naissant... ah les joies de la féminité, ça pouvait pas mieux tomber. Je tente de m'endormir, nous avons 2h00 de train devant nous. Gwen veille sur moi, de quoi faire de beau rêve.

     

     

    2sd : Dordogne

     

    30mn d'arrêt à juste un arrêt de notre point de départ, et donc 30 mn de retard. Bon !!!

     

    St-Cyprien. Enfin !!! 11h00 et des poussières. Nous allons pouvoir nous dégourdir les jambes. Dordogne nous voilà !!!

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et bien c'est partie. Nous allons donc nous trompés de route pour commencer en beauté, mais faire notre première grimpette matinale. Ca monte, ça monte, et ça monte.... encore. Arrivée sous des félicitations du public, les gens sont en admirations et entament la causette... le temps que Gwen me rejoigne... à pieds poussant son vélo. "Chapeau ! Et vous venez d'où comme ça ?" .... bon allez on se fait mousser "Olah, de Bordeaux !". "Ah oui et vous avez mis combien de temps ?" .... bon allez soyons honnêtes "oh, 2 heures .... en train "   blah blah blah, on prend le temps d'admirer la très belle jolie église de St-Cyprien, qui vaut vraiment la côte. Le petit village a un style médiéval très sympathique.

     

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous redescendons.... Gwen toujours à pieds. Et repartons vers notre destination.

     

     

    • Saint Cyprien - Les Eyzies

    Le début, le vrai. Nous entamons la seconde côte dès la sortie de la ville. La pluie se joint à nous. Une bonne petite averse. On en profite pour se mettre à l'abris sous les arbres, et reprendre notre souffle. La pluie s'atténue, d'autres coups de pédales, Gwen est bien devant cette fois-ci !!  ... et là, c'est le drame.

    Visiblement, j'ai trop présumé de mes forces, la fatigue, le ptit déj trop léger, le mal de ventre, ne font pas bon ménage. La migraine monte autant que la route, et il faut que je m'arrête. Profitant d'un renfoncement sécurisé sur l'un des côtés de la route, nous faisons une halte. La tête tourne, j'ai mal, je ne vois pas claire.... ah oui ce doit être un petit malaise. Je mange les barres de céréales. Tente de me rafraichir et fermer les yeux. 

    Il est admirable de voir à quel point les gens sont intelligents. Lorsqu'il voit une personne, la tête dans les mains, assise avec un linge sur le crâne, ils ne savent pas faire autre chose que klaxonner ! Ah l'espèce humaine !

    Il est admirable de voir que la seule voiture qui s'est arrêté était Hollandaise. Et qu'en plus ils ne parlaient pas français. Nous pouvons donc tirer la conclusion que les français sont ..... (libre choix à vous de continuer la phrase).


    2 choix s'offrent à nous : repartir sur St-Cyprien et prendre le train pour rentrer (qui passe dans 15mn) ou bien continuer sur les Eyzies et se prendre un coin dans un camping histoire que ça passe.

    Non, c'est trop bête de repartir sur Bordeaux. Allez on continue de monter vers Les Eyzies. Force et courage. Mais pas 10 mètres de fait que la migraine me reprend de plus belle.

    OK !!! Bon, demi-tour.... en plus ça descend. Direction la gare. Obligée de freiner, pas un coup de pédales mais le moindre choc me fait mal, impossible de tourner la tête. Honte et culpabilité me coursent. Je ne veux pourrir ces petites vacances en vélos. Le rond point de la gare est là, on y va doucement et.... le train part. Pour une fois que la SNCF a de l'avance, à peine croyable !

    On pose les vélos, je m'assoie par terre et tente de mourrir tranquille. Une envie de me faire couper la tête arrive, mais Gwen est là, et tente de me faire manger les barres de céréales et autres fruits séchés. Les restaurants étant fermés vu l'heure. La caserne des pompiers est juste là, accolée à la gare.... mais personne. Le 15 août les pompiers aussi sont en repos. Alors elle va faire du porte à porte pour me trouver de l'aspirine, elle se démène et revient triomphale.

    L'aspirine fait effet, manger un peu aussi.

    Prochain train, 16h30 pour Bordeaux. Ou bien, 15h30 pour Sarlat. Oui se sera Sarlat où nous rejoindrons le camping. D'ici demain, ca devrait aller mieux après une bonne nuit de sommeil et un bon repas ! De Sarlat, la route sera plus simple, piste cyclable jusqu'à Souillac.


    • Saint Cyprien - Sarlat

    Décidemment, j'ai du mal à lire ma carte dans ces conditions. On emprunte la nouvelle départementale.... pas très rassurant. Le camping "Le Rivaux", proche de Sarlat, a de la place. Une bonne côte à monter. Mon coach ne faillit pas. Elle reste derrière moi, m'encourage. Et moi je l'admire. Elle a mangé moins que moi, et aucune faille. Elle grimpe. J'essaie de maîtriser mon soufle, réguler mon coeur, retrouver mon coprs sportif d'antan. Arrivées en haut, un rond point, pose mérité. La vue est jolie. Encore quelques kilomètres, et le camping tant attendu est là, devant nous.... et ça monte encore.

     

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne

     

     

    Accueille sympatique. Camping familliale visiblement, c'est la mamie qui nous accueille. On en profite, pour se renseigner sur ce qu'il y a à manger dans le coin. Un bon restaurant à la ferme à 6 km de là.... ouais mais ça fait 6 km. Mais elle nous le recommande vivement. Moi je vois que les 6 km, qui montent et qui descendent et qui remontent. Sinon, elle nous indique un Mc Do proche de Sarlat..... y'a des limites. Se taper une côte et un Mc Do... nan ça vaut pas le coup pour moi. Un petit prospectus sur une pizzeria nous fait de l'oeil, on le prend "just in case".

    Le camping n'est pas très rempli, du coup on a pu choisir une place calme et tranquille, très ombragée.On monte la tente. On se prend une bonne douche qui fait un bien fou. Puis, après réflexion et comme il faut absolument manger, on appelle le restaurant : "Désolé, c'est plein pour ce soir et demain !".... ... ... ... heu...bon, bah on va saliver sur la pizzeria alors, avec de la chance ils livrent au camping. "Désolé, on ne fait pas les livraisons !". ...... .... .... ... ...  ça , c'est la meilleure.

    Du coup, on retourne voir la gérante du camping afin de savoir si elle ne connait pas un truc qui fait de la livraison. Rien ! Bon ! Ca va pas le faire. Gwen dans sa grande répartie et pitié pour moi, fait comprendre que nous n'avons pas mangé de la journée, et que j'ai fait un malaise durant la journée. Ceci fait, ceci dit, elle nous propose un bout de pain et des raviolis en boite qu'elle nous fait chauffer. Et en plus nous apporte une poire chacune. D'avis unanime, ce sont les meilleurs raviolis en boîte premier prix qu'on n'ait jamais mangé. On a tout fini, jusqu'à la dernière goutte de sauce. Merci Madame. On a jamais autant apprécié un repas. Comme quoi il en faut peu. Je pense que sa fille ou belle-fille n'a pas vraiment apprécié l'accès de gentillesse de Mamie. Nous, nous avons adoré, et l'avons remercié maintes fois. Elle nous a demandé 2 euro. Ca va. J'aurais mangé encore un sanglier, mais nous avions un bon quart de pain dans le bide, ça cale.

    Je passe sur les 2 gars qui insistaient pour que l'on mange avec eux. Repas réparateur, nuit réparatrice.

    2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne










    BILAN DE LA JOURNEE :

     

    - 16 km.... ah ouais quand même... on peut faire que ça, nous !

    - Réflexion personnelle : La Dordogne s'est vraiment pas comme les Landes.

     - Nous avons presque survécu.

     - Appris que si la veille tu ne dors pas, et que la journée tu ne manges pas, alors tu ne tiens pas 10 bornes en vélo... en même temps ça on le savai déjà!

    - Affamé un repas des plus banal, est un vrai festin.

     

     

    • MARDI 16 AOUT 2011 : 2ème jour

     

    • Sarlat - Carsac

     

    Une douche matinale, des barres de céréales, fruits séchés et les chaussons aux pommes et chocolatines...hum, la vie est belle. Direction Sarlat pour rejoindre la piste.

    La ville possède de charmante petite ruelle, déjà remplide touriste. 2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On fait escale devant une église puis devant une autre église, on trouve la fontaine miraculeuse de Sainte Marie

     2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des ruelles, la piste cyclable dans Sarlat (heureusement sécurisé sur le trottoir, par contre pour traverser, il faut se lever tôt pour qu'un automaubiliste deigne vous laisser passer pour la rejoindre)

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Le viaduc de Sarlat et la piste cyclable Sarlat - Souillac

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bizarrement aujourd'hui ca va beaucoup mieux.         On longe des décors très mystiques de roches et de lianes.

    2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tantôt en plein soleil à 40°, tantôt dans les frais sous-bois raffraichissants. La forêt de la contée s'offre à nous !

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Arrêt Carsac, direction le restaurant !!!! enfin !!! Retaurant de la famille Delpeyrat. Très bon restaurant, bon marché, et bonne qualité, avec des seurveurs très sympathiques. On recommande, ainsi que le petit vin de chataîgne.

    On ne voit pas forcément, mais une tour est dans la roche en face... vue du haut de la piste de Carsac.

    2sd : Dordogne

     

     

    • Carsac - Groléjac

    Arrêt baignade bien mérité et tant désiré. A savoir que le lac de Groléjac coûte 2 euros l'entrée d'après notre source (les gamins en vacances). Bien sûr, pourquoi aller au lac, alors que la rivière s'offre à nous. Sont fous ces touristes !

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne









    2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    2sd : Dordogne

     

     

    • Groléjac - Aillac

    Les canards du Sud-Ouest = Miam     parce que oui, la Dordogne, c'est quand même de la bonne bouffe !

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et le charmant petit village d'Aillac qui a tapé dans l'oeil de Gwen

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    • Aillac  -  Peyrillac-et-Millac

    La quête d'eau fraîche nous fait nous arrêter dans des petits villages typiques.

     2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

    Le fameux tunnel, 480m de long et de fraîcheur, entre Rouffillac et Calviac. Un vrai bonheur par ces températures.

    2sd : Dordogne

     

    Puis, vient l'heure de se demander où dormir. Le choix va de soit, vu la journée d'hier, nous reprennons un camping, pour plus de sécurité et de tranquilité. L'office du tourisme nous indique différents camping. Nous prenons le moins cher. Le camping "La périgourdine" à Peyrillac-et-Millac.

    Petit camping en bord de piste cyclable. Nickel ! Il y a même une piscine. Notre idée. On plante la tente, et va se baigner dans la Dordogne. Idée que l'on va avoir du mal à réaliser, tant le gérant est sympathique et enjoué. Le ton est donné, ce soir c'est apéro champagne et jeux. "Allez les filles, c'est à 19h00, et on fera des jeux"..... heu... on va déjà s'installer, on vous paie maintenant ? "non installez vous déjà".

    Bon, on s'installe, il nous montre une place en plein milieu du petit camping, ... boff... moins exposé nous aurait plus plu. Du coup, il nous propose en bordure, plus ombragé. Parfait, ce n'est pas la tranquilité désertique du précédent camping, mais on ne peut pas tout avoir. Il est un peu plus cher aussi.... bonjour voisine.... pas de bonjour, tanpis :(

    La tente est montée, le vélo léger nous partons régler le gérant. Force de caractère nous refuserons gentillement son invitation. 18h50. Il est déjà dans son trip. Au moins il est agréable. Il fait le calcul vite fait, 13 euros. Nous n'avons pas la monnaie, du coup nous payons 10 euro. Cool, finallement c'est moins cher que l'autre. Il tente de nous convaincre de rester, ne comprennant pas vraiment que l'on préfère préfiter de la région durant notre court séjour. Il nous appate avec la "course à l'oeuf" de prévu.....   oh bah mince, ce serait dommage de louper ça.

    10mn, vous savez on a le temps de revenir, c'est par où le chemin le plus court pour aller à la rivière se baigner ? Merci.

    Allez, vite, vite on s'en va. Avec on l'avoue un peu de remord ayant profiter de la réduction providentielle. Bref, peut-être que l'on va revenir avant la fin !!!!

    Un vélo léger, c'est fou ce que c'est agréable. Le chemin le plus court, se conclue par le chemin des écoliers. Agréable, entre champs et cabane à tabacs.

    On se trouve un petit coin, sympa, où l'on a beau nager, et nager, on n'avance pas d'un poil. Vive le courant.

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    2sd : Dordogne

    Elle est où?....Bon le courant a dû emporter Carine.

     

     

     

     

     

     

     

    Retour au camping... incognito, l'entrée derrière est proche de notre tente. On se change, et l'on va chercher un petit truc à manger. Petit tour dans Peyrillac.... rien. Pff, décidement la Dordogne, c'est pire que le Sahara. De mémoire un petit snak sur la piste cyclable, non loin du camping y était ouvert. On y va. Ouvert ! Dieu existe. Une bonne salade et un steak frites à déguster sur place, vu sur les champs de maïs et les colines.

    Retour de nuit, à la torche.

     

    BILAN DE LA JOURNEE :

     

    - 65 km.... ah ouais quand même... y'a du progrès !

    - Gwen a appris a dompter son vélo, quasiement pas de tatouages.

    - On a bronzé !

    - La Dordogne c'est beau ! La Dordogne, on peut rouler dessus et même se baigner dedans !

    - Quand on a faim, on mangerait n'importe quoi.

     

     

     

    • MERCREDI 17 AOUT 2011 : 3ème jour

     

    • Peyrillac - Souillac

    2sd : Dordogne

    La nuit fut dure, à proprement parler. Le sol bien sec, ne fut vraiment pas agréable. Nous avons décidé de partir tôt. Tout est prêt à 8h00. Le gérant du camping "La Périgourdine" est vraiment sympa, il nous apporte 2 croissants qui lui restaient et nous indique que la journée va être très chaude, plus de 35°C. On le remercie, et nous partons.

    Nous avons opté pour faire la boucle Sarlat  -  Souillac et revenir sur Sarlat mais par l'autre rive.

    A Peyrillac, la piste cyclabe n'est plus exclusive au vélo. Elle se transporte en véloroute. Elle va presque jusqu'à Souillac, mais une portion est a réalisé via la départementale. Un peu dangereux en vélo, mais la vue vaut le coup. Vous l'aurez compris une petite grimpette s'impose, mais qui dit grimpette, dis descente.

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

    2sd : Dordogne

     

    Souillac, son église, son abbaye, ...

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

    • Souillac - St Julien de Lampon

    La photo du jour oblige : Précision, un restaurant se trouve là. Parking "Vol libre", oh bah ca va alors, si on est prévenu.

    2sd : Dordogne

    Nous empruntons les petites routes de campagnes et les chemins vtt plats le long de la Dordogne. Nous effectuons un arrêt "baignade", disons plutôt un arrêt "mouillage". De l'eau jusqu'au genou, ça ne permet pas vraiment de nager. Que cela ne tienne, faisons semblant. Couchées dans l'eau, on est au moins raffraîchi. C'est qu'il fait chaud!

    Allez quelques barres de céréales plus tard et quelques moustiques collés au corps plus tard, on se décide pour repartir.

     

    St Julien de Lampon et son église, avec encore des peintures murales apparentes, et en prime, une statue de Jeanne d'Arc..... elle n'a pas été brûlé par le clergé ?  Admirez l'extincteur en bas à gauche de Jeanne ! Ce qu'ils sont caustiques les curés, hein M'dame Jeanne.

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    • Saint Julien de Lampion - Le château de Fénélon

    La visite du séjour se fait par le Château de Fénélon. Château = hauteur.

    Au premier panneau resto, on passe un coup de file pour savoir si ils sont ouverts. Fermé le midi. Et zut ! bon, binh on prend des photos du village avant de continuer la montée.

    2sd : Dordogne2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

    Puis, le château                                                      Séquoia et Cèdre du Liban font parties de l'intérieur du château

    2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le puit, curiosité du château et curiosité historique, personne ne sait comment il a été construit. Il fait 90 mètres de profondeur, certainement creusé via une faille existante... et visiblement condamné, combler. C'est formidable, une curiosité historique, un des puits les plus profonds pour l'époque, qui a permis la construction du château, des gens ont dû mourir pour le creuser... bouché, condamné, comme ça !

    Pour les puristes, l'intérieur du château possède toutes les commodités d'usages, W.C, radiateur dernier cri... les joies des châteaux privés.

    2sd : Dordogne

    2sd : Dordogne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les gourdes remplit d'eau fraîche, nous partons vers la fin du séjour. De la pluie et des orages sont prévus pour le lendemain.

     

     

    • Le château de Fénélon - Sarlat

    Les gourdes ne tiennent pas plus d'une heure l'eau fraîches. Il fait chaud, très chaud...

    Nous repassons par le pont de Groléjac, les paysages ont été magnifiques tout le long de ce  Souillac - Sarlat  par la route, très accessible aux vélos. Relativement plat, malgré quelques côtes remettant un coût de boost.

    On stop au supermarché de Groléjac afin d'acheter de quoi manger et boire.

    On reprend la piste cyclable pour cette dernière partie jusqu'à Sarlat. La gare de Sarlat accessible par une dernière côte d'adieu. Et voilà, billet en main, le train est en gare, pas d'attente, nickel, on prend notre temps pour s'installer, départ dans 10mn. Pas d'autre vélo. Super. On transpire à grandes eaux, on se dit qu'on doit pas sentir très bon, et nous avons hate que le train démarre, histoire d'aller se rafraîchir dans les toilettes.

    Puis l'on comate dans le train, je suis censée surveillée les vélos d'un oeil, mais la fatigue me tombe dessus comme un traître.

    L'arrivée à Bordeaux, sans encombre. Une dame agée tape la discute avec Gwen, lui parlant de son jeune temps et du camping qu'elle faisait, de "nos belles montures" (nos vélos)... oui oui ça fait plaisir.

     

     

    BILAN DE LA JOURNEE :

    - 65 km

    - beaucoup de sueur de perdu

    - de très jolis paysages

     

     

     

    BILAN DES 3 JOURS : 130 km

    On apprend qu'il faut vraiment bien manger pour tenir le coup. Ne pas sauter de repas.

    Hormis ça, 3 jours c'est cool. La Dordogne est un niveau supérieur, mais tellement jolie, riche en paysage et histoire. Et très chaud en août !

    Les gens toujours sympathiques... surtout les étrangers dans cette région.

     

     

    Plan sur Openrunner : taper 1167566.

    Parcours Sarlat - Souillac - Sarlat réalisé. Très soft.

    Partie de Groléjac jusqu'à Bergerac non réalisé.

     

    Tout ce que vous voulez savoir sur la Dordogne et ses couleurs.

     

     

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :